Mois d’Eloul 5781 – Faîtes de la place pour le Roi

Eloul 5781 – Faîtes de la place pour le Roi

Le mois de l’année hébraïque qui précède la commémoration de Rosh Hashanah (la fête des Trompettes) nous engage dans un mois de préparation pour notre futur. Eloul est le mois dans lequel nous sommes entrés, nous sommes conviés à nous engager dans le nettoyage de nos vies, la mise en ordre de nos maisons au sens large du terme, et retourner dans l’intimité avec le Bien-Aimé.

Eloul est le mois particulier, qui nous conduit au seuil d’une nouvelle porte, afin de pénétrer dans une nouvelle saison lors de Rosh Hashana, qui ouvrira la voie de la nouvelle année 5782.

Au cœur des événements qui se déroulent sur les nations, la pandémie, les situations géopolitiques, les élections, les bruits de guerre… se déploient également des événements à un autre niveau qui auront des impacts majeurs sur nos vies. Nous sommes invités à nous aligner avec ce que l’Ancien des jours a décrété sur son trône de justice et d’équité. L’appel des cieux se résume en un verset du Cantique des Cantiques 6:3 :

« Je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi ».  (Ani le‑dodi ve‑dodi li)

Si vous vous êtes détourné de notre relation d’intimité avec Jésus, c’est le bon moment de revenir au travers de la repentance dans la réalité d’une vie donnée dans les profondeurs d’une relation rétablie.

C’est aussi le seuil de la porte d’entrée dans la nouvelle année hébraïque. Une nouvelle année particulièrement spéciale qui ne se présente que tous les sept ans, l’année de la « Shmita » (sabbatique). C’est un mois d’attente incroyable, d’introspection, de préparation personnelle, de dépassement et de mise à niveau. C’est encore un temps particulier pour rencontrer notre Dieu dans ses faces, une opportunité pour accroître la relation d’intimité.

C’est le premier jour d’Eloul que Moïse est monté sur le mont Sinaï pendant 40 jours et 40 nuits pour le pardon des péchés d’Israël et pour recevoir les dix commandements. Le calendrier de Dieu est parfait, et du premier jour d’Eloul à Yom Kippour (jour des expiations), il y a exactement 40 jours, comme le temps passé par Moïse sur le mont Sinaï. Le 30e jour, le dernier jour d’Eloul, nous célébrons Yom Teruah (la fête des trompettes), également connue sous le nom de Rosh Hashanah, qui marque le début de la nouvelle année. Cette fête est suivie de dix jours appelés « les jours de crainte », qui se terminent le 40e jour par la célébration de Yom Kippour. Yom Kippour marque le jour où Israël a été pardonné par Dieu pour avoir adoré le veau d’or et où son alliance a été restaurée. Les 30 premiers jours d’Eloul dans lesquels nous sommes entrés ne doivent pas être pris à la légère. Attendons-nous à voir et à entendre dans le monde entier, des choses qui ont été faites dans l’obscurité vont être portées à la lumière, et la justice va être rendue à grande échelle.

C’est un mois de Teshuvah (repentance), un mot hébreu qui signifie « se retourner » revenir à Dieu. C’est un moment pour que la lumière brille d’en haut dans nos profondeurs, en nous demandant ce qui paralyse notre relation d’intimité et notre marche personnelle avec le Père, tout doit être exposé afin d’en finir à jamais.

L’orgueil, en particulier, est l’obstacle que nous devons fixer et abattre ce mois-ci, car c’est ce qui fait obstacle à la véritable repentance, désignée en hébreu « teshuvah », qui signifie retourner en arrière. Il en va de même pour nos villes et nos nations. Nous interprétons « teshuvah » : nous détourner du péché, le péché étant l’objet, mais en hébreu « teshuvah », nous engage dans un processus de repentance, de retourner vers Jésus, le Sauveur étant l’objet. Le péché et la mort ne sont pas au centre de l’attention, mais plutôt lorsque nous nous présentons dans les cours de justice céleste, les péchés sont exposés à la lumière, et lorsque nous faisons la « teshuvah », et plaidons coupable, Jésus couvre le péché par la puissance de son sang qui parle plus fort, il consigne des décrets dans nos livres de vie, afin que plus aucune séparation ne subsiste entre nous et lui. Le plan biblique pour ce mois est étonnant, mais c’est à nous de l’appliquer ou non et comme l’enseigne notre amie Natasha Grbich : « Si vous ne vous préparez pas, vous ne serez pas prêt ! 

Il y a plusieurs passages des Écritures qui se sont déroulés au cours de ce mois d’Eloul, le sixième mois biblique, qui dépeint un tableau clair de la manière dont nous pouvons passer par une transformation et une préparation sans précédent pour faire place au Roi.

Le livre d’Ézéchiel 8 commence le cinquième jour d’Eloul, le prophète Ezéchiel est transporté dans l’Esprit, où il voit l’idolâtrie des dirigeants et du peuple de Jérusalem qui ont tourné le dos à Dieu pour adorer de faux dieux. Dieu a tout révélé, tout comme Il voit tout ce que nous faisons, au lieu d’emprunter un chemin de repentance, ils ont continué sur la voie qu’ils savaient être mauvais. En fin de compte, leur non-repentance les a conduits à la mort, à l’exil de tous et à la destruction du temple.

Il est intéressant de noter que l’une des principales raisons pour lesquelles Dieu a exilé Israël c’est qu’ils n’ont pas respecté l’année de Shmita (année Sabbatique) et qu’ils n’ont pas permis à la terre de se reposer tous les sept ans, comme Il l’a ordonné à Israël dans Lévitique 25:1-5, et qu’ils n’ont pas suivi la règle de remise des dettes l’année de Shmita (Deutéronome 15:1-11). Les conséquences ont été catastrophiques et l’Eternel a souverainement retiré les Israélites du pays par l’intermédiaire du roi Nabuchodonosor « afin d’accomplir la parole de l’Éternel par la bouche de Jérémie, jusqu’à ce que le pays ait rétabli ses sabbats (Shmitas) ; car tant que le pays a été dévasté, il a observé le sabbat jusqu’à ce que soixante-dix ans se soient écoulés. » (2 Chroniques 36:21).

Cela nous amène à poser la question suivante : « Quelles sont les choses dans nos vies, quelles anciennes habitudes récurrentes ou récentes nous éloignons du Roi ? Peu importe ce que nous avons fait, lorsque nous nous repentons, nous nous engageons dans un processus de retour vers le Père au travers de la voie royale, le voile déchiré. Il nous attend avec de nouveaux habits de fin lin, une couronne pour notre tête, un anneau pour renouveler l’alliance, et un festin à sa table, tout comme dans la parabole du fils prodigue.

Nous manquons par notre absence à sa table, mais il nous accueille à nouveau et son cœur se réjouit de notre retour à lui. Alors que nous traversons tous notre processus de repentance dans ce mois, soyons intentionnels et tendons la main à ceux que le Seigneur nous met à cœur. Agissons sans nous inquiéter de sortir de notre zone de confort, soyons certains de marcher sur l’ennemi chaque fois qu’il essaie de se mettre entre nous et la repentance.

Dans Aggée 1, le Saint-Esprit repose sur le prophète le premier jour du sixième mois d’Eloul et réprimande les exilés nouvellement rentrés qui vivent maintenant dans les ruines de Jérusalem. Ils avaient tous reconstruit leurs maisons et planté leurs champs, mais ils manquaient de tout. Pourquoi ? Parce qu’ils se répétaient qu’il n’était pas encore temps de reconstruire le temple. Ils étaient tellement préoccupés par tout le reste, qu’ils ne pouvaient pas imaginer de consacrer du temps à la reconstruction de la maison de Dieu, il y avait trop de choses à faire et pas assez de temps. Une génération entière d’exil sans adoration s’était installée, mais il était maintenant temps de briser les vieilles habitudes.

« Voici ce que déclare le Seigneur des armées célestes : Réfléchissez donc bien à ce qui vous arrive : vous semez largement mais vous récoltez peu, vous mangez, vous buvez, sans être rassasiés et sans étancher votre soif. Vous vous couvrez d’habits sans être réchauffés, et le salaire que gagne l’ouvrier va dans une bourse trouée. Voici ce que déclare le Seigneur des armées célestes : Réfléchissez donc bien à ce qui vous arrive. » Aggée 1 :5-7

Contrairement à l’époque d’Ézéchiel, ils ont écouté, se sont repentis et ont commencé à reconstruire le temple ensemble le 24e jour d’Eloul. Nous nous trompons souvent de mission, nous nous concentrons sur ce dont nous avons besoin pour survivre au lieu de nous concentrer sur celui qui a tout pour nous chaque jour. Yeshoua a magnifiquement traité ce sujet dans Matthieu 6:31-33, et si nous suivions ce seul passage de l’Écriture, nos vies seraient radicalement différentes. C’est à nous de nous engager dans ce processus de repentance dans ce temps, où l’on nous dit que nous ne pourrions faire face à une famine un jour…

Rien de ce que nous avons, ne nous appartient réellement, tout a été donné par le Grand Je Suis car tout est à lui en premier lieu. Mettons les choses dans l’ordre avec une perspective éclairée, c’est l’ordre divin qui doit revenir dans nos vies, nos familles, dans nos maisons. Car notre maison n’est pas à nous elle lui appartient et c’est son ordre divin qui doit être manifestée. Elle est notre responsabilité, mais nous ne l’avons pas achetée, c’est Jésus qui l’a payé de son sang à la croix. Nous avons hérité d’une maison brisée et délabrée où les voleurs pouvaient entrer et sortir à leur guise, maintenant notre maison a été achetée par le Rédempteur, acheté avec son propre sang pour que nous soyons reconstruits à partir de la base sur des fondations solides. Il a poussé à l’extrême jusqu’à nous donner un accès VIP à ses demeures, les clés qui ouvrent les portes de sa maison pour y entrer et en sortir comme bon nous semble.

« Ne vous inquiétez donc pas et ne dites pas : Que mangerons-nous ? ou : Que boirons-nous ? Avec quoi nous habillerons-nous ? » Toutes ces choses, les païens s’en préoccupent sans cesse. Mais votre Père, qui est aux cieux, sait que vous en avez besoin. Faites donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus. » Matthieu 6 :31-33

Car le monde recherche avec ardeur toutes ces choses ; mais ne vous inquiétez pas, car votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Mais d’abord et avant tout, efforcez-vous à rechercher son royaume et sa justice et toutes ces choses vous seront données en abondance.

Les choses terrestres que nous possédons n’a pas d’importance pour lui, à l’exception de notre adoration en Esprit et en Vérité, car le Père est Esprit (Jean 4:24), et lorsque nous adorons ensemble, nous reconstruisons le Tabernacle de David (Amos 9:11), c’est une déclaration prophétique du Corps du Messie, une déclaration globale dans ce mois particulier « Faites place au Roi ! ». Reconstruisons la maison pour le Roi, une habitation pour la manifestation de sa gloire.

Le 25e jour du sixième mois (Eloul), les habitants de Jérusalem ont fini de reconstruire la muraille autour de la ville. Que se passe-t-il lorsque nos défenses contre l’ennemi sont fortes, et que nous nous rassemblons d’un commun accord, renforcés par l’Emmanuel (Dieu avec nous) ? Néhémie 6:16 nous donnent un indice.

« Lorsque tous nos ennemis et tous les païens qui nous entouraient l’apprirent, ils furent saisis de crainte et profondément humiliés à leurs propres yeux, car ils reconnurent qu’un tel ouvrage n’avait pu être mené à bonne fin qu’avec l’aide de notre Dieu.» Néhémie 6:15

« Votre destin est de vaincre vos ennemis. Nous sommes dans la saison des combats, le territoire pour lequel vous ne vous battez pas, vous ne le garderez pas ! »  Natasha Grbich

Lorsque la puissance des ténèbres est confrontée à la présence de Dieu, elle est saisie de crainte. C’est pourquoi il est nécessaire de nous revêtir chaque jour de l’armure spirituelle qui nous est réservée.

L’ennemi œuvre pour que nous perdions confiance, pour nous voler notre salut, nous consigner dans nos dépendances, mais Jésus déclare qu’il est pour nous et qu’il veut nous restaurer.

Le seul but de l’ennemi est alors de nous empêcher d’apporter la restauration à d’autres villes en ruine. Notre capacité à surmonter n’importe quelle tempête, à aimer et bénir nos ennemis, à vivre et mourir chaque jour pour Jésus, n’est pas possible sans que le Roi de gloire soit au milieu de nous, littéralement en nous et avec nous.

Les murs reconstruits de Jérusalem étaient la preuve pour les ennemis d’Israël que Dieu leur avait pardonné, qu’ils étaient toujours son peuple, et qu’Il était avec eux. Peut-être que vous traversez un moment où vous avez l’impression qu’il y a des failles dans votre muraille, que l’ennemi l’utilise pour s’infiltrer, vous amenant à vous détourner de notre relation avec Dieu. C’est maintenant un moment opportun pour identifier les intrus, les mettre dehors, et reboucher les trous, mettons des gardiens sur les murailles et des gardiens aux portes 24/7. Avec une épée dans un bras et un marteau dans l’autre, faisons fuir l’ennemi et travaillons à réparer les brèches.

Eloul est un appel au réveil de l’Église pour se préparer à devenir l’Épouse que le Bien-Aimé attend. Un appel au réveil d’un monde qui doit passer des ténèbres à la lumière, à l’esprit de justice et de vérité qui doivent jaillir. Nous sommes appelés à nous engager dans ce processus de repentance et à faire briller la lumière vers l’intérieur afin que nous puissions être la lumière qui brille dans l’obscurité du monde, faisant en sorte que les choses faites en secret soient déracinées et amenées à la lumière. ­

Il est temps de se concentrer sur la reconstruction de la maison de l’Éternel durant les périodes les plus turbulentes au cœur même de la confusion, en fixant nos regards sur Jésus seul, sachant qu’Il nous augmente lorsque notre priorité est notre relation d’intimité avec Lui. Alors que nous reconstruisons la bonne maison, nous regardons aussi le territoire qu’il nous a confié en réparant les brèches, les failles qui ont donné trop de droits légaux à l’ennemi. C’est un temps pour un changement au travers de la repentance, nous gagnerons du territoire pour la manifestation de la gloire de Dieu.

Nous sommes les guerriers-amoureux de la tribu du Lion de Juda, nous préparant pour le jour où l’Époux reviendra avec son visage de Lion, afin que le monde sache que nous sommes les fils et les filles du Roi.

Laissons éclater des lieux célestes les sons de shofar dans nos profondeurs, jusqu’à Jérusalem et regardons les ennemis de Yaweh s’enfuir sachant que leur temps est écoulé et qu’ils n’ont nulle part où aller. Lève-toi, Épouse victorieuse, le Roi arrive bientôt !

Dieu désire que chacun de nous marche dans la faveur qu’il a pour nous dans cette saison. En particulier, alors que nous entrons dans le mois d’Eloul, nous devons être vêtus de sa faveur pour avoir accès à des portes qui ne nous seraient pas ouvertes autrement. Nous portons tous un vêtement figuratif, mais tous les vêtements que nous portons ne représentent pas la faveur de Dieu. Souvent, nos vêtements sont constitués de pertes passées qui se sont incrustées dans notre âme et font partie de notre vie. Nos vêtements peuvent dégouliner d’un espoir différé qui a rendu notre cœur malade. Cependant, la repentance va changer nos vêtements salis en vêtement de fin lin, des vêtements de justice, de vérité, de joie et de paix.

C’est un moment spécial pour être habillé de nouveaux vêtements durant ce mois d’Eloul. En apportant ce que nous avons de meilleur, notre adoration, en nous réjouissant de sa bonté, nous pouvons nous débarrasser de ce qui ne reflète pas notre plénitude et être revêtus de la faveur de Dieu.