Jour 12 /// Opération Esther

Jour 12 /// Opération Esther

Le chemin de la sanctification au sceptre royale

La repentance n’est pas une option pour ceux qui ont ce désir de se déployer dans les demeures de Dieu. Car ce que j’en comprends à ce jour, c’est devenu pour moi un style de vie, et ça faire partie à part entière de la vie d’un sacrificateur. En tendant à vivre au-delà du voile nous vivons encore en partie sur terre, et nous demeurons pécheurs. C’est devant le voile que l’esprit de repentance doit nous saisir, alors nous serons prêts à nous présenter pour effectuer la « traversée de la mort ». Car c’est bien dans une transition de la mort à la vie que nous passons lorsque nous nous montons au travers de la chair et du sang de l’Agneau. Il faut mourir encore pour mieux vivre !

Un travail accru pour retirer l’iniquité relève de la repentance. Lorsque nous nous repentons, nous brisons des droits légaux que l’accusateur à dans nos vies. Quant à la racine de ces péchés ils peuvent être personnels, mais également transmis par les aïeux de notre lignée de sang. La repentance lève l’iniquité elle est le fondement de la révélation de la gloire des cieux.

Alors dans tout le pays, – Oracle de l’Éternel –, Les deux tiers seront retranchés, périront, Et l’autre tiers y restera. Je mettrai ce tiers dans le feu : Et je le ferai fondre Comme on fait fondre l’argent, Je l’éprouverai comme on éprouve l’or. Il invoquera mon nom, Et je l’exaucerai ; Je dirai : C’est lui qui est mon peuple ! Et il dira : L’Éternel est mon Dieu ! (Za. 13 :9)

C’est assez explicite dans ce texte, on ne transige plus avec le péché, tout doit brûler et partir en fumée, seule l’or va demeurer. Ceux qui partageront une part de leur existence avec des compromis seront voués au jugement de Dieu. Dans ce que nous traversons dans cette saison, si nous persistons dans des travers, nous risquons de rencontrer Dieu en qualité de juge et sa sentence tombera, non seulement sur nos vies mais sur notre nation aussi. Nous devons comprendre notre responsabilité dans l’urgence des temps que nous vivons à régler nos vies et nos lignées. C’est un processus, ça peut prendre un peu de temps mais il faut s’y engager.

Et puis ça doit nous réjouis de nous repentir, car ce processus va briser des liens légaux et fermer des portes où l’ennemi à un droit d’accès. Et puis notre esprit s’ouvrir, les sept Esprits de Dieu brilleront sur l’autel de nos vies et nous verront dans l’esprit du Dieu vivant ce que nous n’avons jamais vu auparavant. Plus je le connais, plus je me repens, c’est devenu un style de vie. Puis il a promis que SI nous entrons dans ce processus de repentance, notre nation pourra être changée en un jour. (Za. 3)

Un lieu de repos

Le ciel est mon trône Et la terre mon marchepied. Quelle maison pourriez-vous me bâtir, Et quel lieu serait celui de mon repos ?  (Es. 66 :1)

Dieu est à la recherche d’une maison dans laquelle il pourra habiter et il est à la recherche de ceux qui ont des cœurs humbles et contrits. C’est là qu’il va habiter. Nous désirons que Dieu fasse de nos vies son habitation, nous voulons faire partie de la nouvelle Jérusalem, de l’épouse qui se prépare, mais à ce jour nous ne sommes pas encore à cette étape. Nous devons nous engager dans une aventure et dans une exploration pour devenir l’épouse, le lieu de repos de Dieu.

Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, prête comme une épouse qui s’est parée pour son époux. J’entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. (Ap. 21 :2-3)

Car ainsi parle le Très-Haut Dont la demeure est éternelle et dont le nom est saint : Je demeure dans les lieux élevés et dans la sainteté, mais aussi avec l’opprimé et celui qui est humilié dans son esprit, afin de ranimer les esprits humiliés, afin de ranimer les cœurs opprimés. Je ne veux pas contester à toujours, ni garder une éternelle indignation, quand devant moi tombent en défaillance les esprits, les êtres que j’ai faits.(Es. 57 :15-16)

Nous devons entrer dans un processus qui exige de se repentir et nous mettre en accord avec ce que Dieu dit que nous devrions être.

Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréable et parfait. (Ro. 12 :3)

Ce que Dieu recherche c’est une offrande brûlée. Ce que Dieu va consumer ce n’est pas nos chants d’adoration que nous considérons comme le meilleur sacrifice. Ce que Dieu veut consumer ce sont mon esprit, mon âme et mon corps. Il veut consumer et faire disparaître tout ce qui ne lui ressemble pas.

C’est la raison pour laquelle nous devons nous repentir pour chaque péché que nous avons commis dans ces trois dimensions, esprit, âme et corps et nous mettre en accord avec Dieu à quoi nous devrions ressembler.

Mais il y a plus encore. Nous devons traiter les péchés que nous avons hérité de nos ancêtres, des alliances, des pactes et des esprits qui sont liés. 

Mais cette sorte (de démon) ne sort que par la prière et par le jeûne. (Ma. 17 :21)

Il existe un niveau de repentance qui va au-delà de ce que nous avons fait. Nous avons été achetés par son sang et nous ne nous appartenons pas. Nous avons la responsabilité de nous livrer entièrement à lui au travers du voile déchiré et briser les accords, les alliances que nous avons héritées.

Nous avons la responsabilité de traité ce qui se trouve dans notre lignée.

Nous devons choisir de déposer notre héritage perverti, briser les alliances, les rituels faits à de faux dieux. Nous devons reconnaître que nous avons péché et que nous avons souillé la terre, et notre avenir et notre descendance en dépendent.

Nous devons nous repentir, reconnaitre ces péchés et plaider coupable pour l’iniquité.

Il a pénétré une fois pour toutes dans le sanctuaire ; il y a offert, non le sang de boucs ou de veaux, mais son propre sang. Il nous a ainsi acquis un salut éternel. En effet, le sang des boucs et des taureaux et les cendres d’une vache que l’on répand sur des personnes rituellement impures leur rendent la pureté extérieure. Mais le Christ s’est offert lui-même à Dieu, sous la conduite de l’Esprit éternel, comme une victime sans défaut. À combien plus forte raison, par conséquent, son sang purifiera-t-il notre conscience des œuvres qui mènent à la mort afin que nous servions le Dieu vivant. (Hé. 9 :12-14)

Le processus de nettoyage de notre lignée peut être long et va exiger de la patience et de la persévérance. Nous devons prendre chaque chose, chaque situation, chaques alliances et pactes très au sérieux afin de permettre à Dieu de le placer sous ses pieds. C’est l’œuvre que Jésus a fait à la croix mais nous travailler ardemment à notre salut avec la crainte de Dieu.

Tous ont péché, en effet, et sont privés de la glorieuse présence de Dieu. (Ro. 3 :23)

Depuis Adam des alliances ont été contractées avec la puissance des ténèbres au travers de meurtres, de vol, de viole, des sacrifices fait à des autels étrangers. Nous avons hérité des conséquences de ces péchés comme iniquité. Nous devons traiter ces péchés de nos lignées et les amener à la croix et choisir volontairement de nous repentir afin de pouvoir apporter devant les cours de justice notre témoignage déclarant que nous voulons divorcer d’avec toute forme de péché de notre lignée. Nous devons renoncer à tous avantages et a tous les héritages que nous avons reçus par le biais d’accords avec les puissances démoniaques.

Mais vous, vous êtes une race élue, une communauté de rois-prêtres, une nation sainte, un peuple que Dieu a libéré pour que vous célébriez bien haut les œuvres merveilleuses de celui qui vous a appelés à passer des ténèbres à son admirable lumière. (1 Pi. 2 :9)

Ce verset rejoint la dimension de la sainteté de la maison des Lévites, qui était une des douze tribus choisies par Dieu pour le servir. C’était la tribu choisie pour servir sa présence, mise à part pour le Seigneur. Aujourd’hui s’il nous a choisi un royaume de prêtre, cela signifie que nous avons un héritage sacerdotal.

C’est pourquoi dans cette saison, le Seigneur nous appelle à redevenir ce royaume de sacrificateur en marchant dans notre héritage sacerdotal. C’est un héritage avec un contrat avec des alliances, dont nous avons l’intendance écrites au travers du sang de l’Agneau qui revendique notre appartenance dans ce service.

Notre part est de nous repentir de notre héritage spirituel, celui qui perverti notre lignée et de nous abandonner les écrits pervertis, les accords, les pactes et les alliances démoniaques, ces ordonnances qui parlent contre nous. Lorsque Jésus s’est offert ces papiers ont été cloués à la croix.

Car il a annulé l’acte qui établissait nos manquements à l’égard des commandements. Oui, il l’a effacé, le clouant sur la croix. (Co. 2 :14)

Nous reconnaissons que tout a été réglé et nous passons au travers de la procédure légale, nous y participons, nous nous approprions, nous l’exécutons selon la parole écrite et le jugement de Dieu.

Prière :

Je m’approche de toi Grand Juge dans la repentance, je te dépose les dossiers de ma vie, de ma famille. Révèle-moi ce qui doit encore être réglé et que je ne connais pas. Je choisis de me détourner de tous les autels étrangers qui ont un droit légal dans ma vie. Je choisis de me positionner avec ta volonté pour ma vie, je choisis de m’aligner avec ce que tu as écrit dans mon livre de destinée. Je choisis de me placer sur l’autel du sacrifice et que le feu de ta sainteté embrase toutes les parties de ma vie. Que mon ADN soit transformé par la puissance de ton sang, que ton ADN céleste transforme toutes cellules de mon corps. Je déclare que ton sang parle plus fort que tous les autres sangs. J’applique le sang de l’Agneau sur ma vie, mon couple, ma famille, sur mes biens et tout ce que tu as confié dans mes mains. Merci parce que tu es le Grand Juge et tes jugements sont justes et parfaits, merci parce que tu es le Dieu grâce pour ma vie. À toi seul soit la gloire. Amen

Eric Pechin