Jour 11 /// Opération Esther

Jour 11 /// Opération Esther

Le sceptre royal, la clé de la maison de David

« Je poserai la clé de la maison de David sur son épaule, il ouvrira et personne ne fermera, il fermera et personne n’ouvrira. » (Es. 22:22 Texte massorétique)

« Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui tient la clé de David, celui qui ouvre et nul ne peut fermer, qui ferme, et nul ne peut ouvrir. » (Ap. 3:7 )

Cette même clé, une prophétie qui trouvera son accomplissement dans le livre de l’Apocalypse 3:7 : Celui qui a la clé de David qui permet d’ouvrir les portes du royaume des cieux. Elle est portée sur notre épaule, c’est une notion d’autorité royale, comme une épaulette (Au Moyen Âge, l’épaulière en fer de l’armure protégeait l’épaule et une partie du torse.) sur le manteau d’un militaire, une plaque de renfort pour la protection de l’épaule des coups de l’ennemi, un ornement royal qui indique le grade de celui qui le porte. C’est une figure qui fait allusion à une des principales fonctions de Jésus, et à la puissance qu’il a reçue de son Père.

Dans le temps de l’antiquité les clés en usage étaient de fer recourbé qui ressemblait à une faux arrondie ; on les introduisait par une ouverture dans les portes, et à leur aide on levait le verrou, ou on tirait le pêne qui fermait la porte en dedans. Elles imitent les rossignols (instrument pour crocheter les serrures) qu’emploient les voleurs ou les serruriers ou bien encore qui ouvrent les portes des cellules dans beaucoup de couvents ; on les fixait à des manches en ivoire ou en bois ce qui leur donnait une certaine longueur. […] Il est facile de comprendre qu’on pouvait porter sur l’épaule ces sortes de clés qui avaient quelque chose de la faux de nos moissonneurs… Il nous est plus facile de comprendre la signification de la clé sur l’épaule, qui était plus qu’une image, mais une réalité du quotidien de l’époque.

Et sortira un rameau du tronc de Jessé (ou IsaÏ, le Père de David) et un rejeton de ses racines portera du fruit. Et reposera sur lui le souffle de YHWH souffle de sagesse et intelligence souffle de conseil et vaillance souffle de connaissance et de crainte de YHWH.

 

Esaïe 11:1-5 BHS Bible interlinéaire hébreu-français – Le texte est volontairement gardé dans son écriture originale : « Et sa respiration dans la crainte de YHWH et ne pas selon la vision de ses yeux il jugera et ne pas selon l’écoute de ses oreilles il décidera. Et il jugera avec justice les faibles et il décidera avec droiture pour les humbles du pays et il frappera le pays avec le sceptre de sa bouche et avec le souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant. Et sera la justice la ceinture de ses reins et l’honnêteté la ceinture de ses hanches. »

Ces versets sont une véritable source de trésors et une fabuleuse perspective prophétique. On pourrait le traduire librement ainsi :

De la lignée d’Isaï, donc de la maison de David, sortira un homme qui portera du fruit, et sur son épaule reposera la souveraineté, le souffle du Père sera sur lui et les sept Esprits de Dieu se manifesteront au travers de sa bouche comme un sceptre de justice royale. Dans sa respiration, il inspirera les parfums des saints qui montent dans les coupes des anciens et de son expiration jaillira la gloire de son Père sur les territoires de la terre. La justice et la vérité seront chevillées à son existence pour l’éternité.

C’est extrêmement puissant quand nous réalisons qui nous sommes en lui, des fils dans une position de rois et il a déclaré que nous accomplirions de plus grandes choses encore : Une génération choisie et alignée au rang de l’ordre de Melkisédek.

Le livre d’Esaïe nous indique que non seulement les sept Esprits reposent sur la maison de David, mais que c’est une clé qui est déposée sur l’épaule de cette lignée royale, qui trouvera son accomplissement en Apocalypse 3:7.

Ce verset nous précise que c’est bien Jésus qui en détient la propriété, il est question d’une notion d’autorité, qui permet d’ouvrir des portes. Les sept Esprits sont ensemble un sceptre d’autorité royale déposé sur Jésus. Cette même clé nous est donnée pour ouvrir et fermer des portes et nous devons comprendre que nous ne pouvons en dissocier la dimension des sept Esprits de Dieu. Le rameau provenant d’une longue lignée, nous rappelle l’arbre d’Apocalypse 22 qui porte du fruit à chaque saison.

Les sept Esprits de Dieu se manifestent dans la complétude confirmant la signification du chiffre sept : la perfection, la plénitude. Le septième jour était le jour du plein achèvement de l’œuvre créatrice du Père. Cet aspect multidimensionnel apporte un achèvement à la plénitude de l’Esprit de Dieu en ajoutant les six autres. Nous avons besoin que ces sept dimensions manifestées de l’Esprit de Dieu soient restaurées ensemble dans les profondeurs de notre matrice, le temple que nous sommes. Nous comprenons alors que le Saint-Esprit se manifeste dans une dimension septiforme. Tout comme Dieu qui est UN se manifeste dans la dimension de la trinité : Père, Fils, Saint-Esprit. On ne parle pas de polythéisme, notre Dieu est UN avec son fils, et l’Esprit et sa dimension septiforme.

Cette dimension royale a été touchée par Esther quand elle a rencontré le sceptre, cela a été premièrement une expérience, puis c’est devenu pour elle une réalité de vie au quotidien. Je crois que notre Dieu se révèle aujourd’hui dans toute sa multidimensionnalité, il veut nous rencontrer dans ses faces, il désire que nous le connaissions au-delà de notre compréhension. Disposer nos cœurs à cette rencontre nous permettra de recevoir la révélation de l’homme nouveau, de l’Ancien des jours, du Grand Juge et de ses décrets, de la dimension du sacerdoce royale selon l’ordre de melkisédek… et bien d’autres choses que nous ignorons encore.

Discerner qui IL EST dans cette saison, nous conduira à de grandes révélations de ce que nous avions cru acquis. Nous avons essayé de décrire Dieu avec notre intelligence et finalement nous en avons limité plus que son sens le plus profond, mais toute la puissance qui devait en découler. Nous avons Dieu, le Père, qui nous a donné Jésus-Christ qui est devenu chair pour habiter en nous avec ses Sept Esprits.

 

L’apôtre Jean décrit la relation du Saint-Esprit avec le Père, une expérience avec le Saint-Esprit qui se saisit de la bouche de Dieu. C’est l’Esprit qui fait de Jésus et de son Père une réalité, car nous ne sommes pas sauvés en croyant en un homme qui fait l’histoire, vivant sur la terre.

C’est le Saint-Esprit qui illumine nos vies en transcendant la parole de Dieu vivante et puissante. Il apporte la conviction, la révélation et la compréhension pour discerner et reconnaître les sept Esprits de Dieu.

Nous comprenons qu’il s’agit de la base de ce que nous devons savoir : Jésus qui ouvre pour nous la voie nous offrant un accès auprès de son Père. Mais il nous faut nous remémorer ces étapes afin de regarder plus loin au sujet des sept Esprits de Dieu. Tout comme Dieu est UN avec trois aspects distincts, de la même manière le Saint-Esprit est Un avec sept expressions distinctes.

Prière

France, lève-toi dans ton appel, dans ta destinée, ton livre est ouvert dans les cours célestes et les juges écrivent des décrets pour toi dans cette saison. Église de France devient cette épouse éprise d’amour pour le Grand-Roi-Sacrificateur et pénètre sa présence. Je dis : c’est le temps que tu entres dans des voies supérieures, là où Melkisédek a traversé le manteau de son Père, alors une huile fraîche sera déposée sur tes épaules. Tu es appelée à retrouver ton autorité et devenir un phare pour les nations qui apportera un ordre divin.

Eric Pechin

 

 

 

 

 

 

 

 

eget tempus felis amet, diam dapibus quis,