Category: Opération Esther

Jour 16 /// Opération Esther

Jour 16 /// Opération Esther

Résumé de la situation :

Alors que les consultations de la Commission parlementaire arrivent à leur fin, nous entrons maintenant dans une phase critique où les amendements sont déposés et le débat aura lieu à la fois à l’Assemblée nationale et au Sénat. Ce processus débutera le 1 Février. 

Le projet de loi, s’il est adopté tel que présenté, va multiplier les contraintes à l’encontre des associations cultuelles dont voici quelques exemples et leur incidence sur nos Eglises :

*Lourd dossier initial, à la constitution de l’association, en vue de son approbation par le préfet, puis renouvellement tous les cinq ans. La démarche risque de ralentir et de compliquer les aspects légaux de la création de nouvelles Eglises.

*Déclaration annuelle du montant total des dons reçus et du nombre de reçus délivrés pour permettre leur déduction fiscale.

*Obligation d’inclure dans les statuts de l’association des dispositions obligatoires pour toute une série de décisions. Cela met une pression sur tout ce qui pourrait être exprimé par les Eglises en matière d’éthique sexuelle, notamment, qui pourrait être considéré comme anti-républicain.  

*Accroissement des obligations comptables et amendes alourdies en cas de non-respect. D’une manière générale, les sanctions que pourront prendre les tribunaux à l’encontre des personnes (ou de l’association) sont fortement accrues.

Un Préfet pourrait très bien juger de son propre chef qu’une aide diaconale, par exemple faite aux réfugiés ou sans papiers, est illégale et retirer le statut d’association légale à une de nos Eglises, l’amener en justice et geler tous ses avoirs.

*Dès que les dons provenant de l’étranger dépasseront dans l’année le montant de 10 000 €, obligation d’une vérification des comptes par un commissaire aux comptes extérieur et rémunéré (dépense d’au moins 2 500 à 3 000 € et obligatoirement renouvelée pendant les cinq années suivantes). Cela pourrait mettre en péril bon nombre de nos partenariats avec des organismes missionnaires à l’étranger. L’embauche d’un commissaire aux comptes représente un dépense qu’ils ne pourraient assumer.

Toutes ces dispositions aboutissent de notre point de vue à d’importantes restriction de la liberté d’exercice du culte dans notre pays.

Sujet de prière :

  • Prions pour le processus parlementaire qui va entamer sa phase critique.
  • De nombreuses Eglises ont écrit à leur Député pour les alerter sur la situation. Prions que ceux-ci portent une oreille attentive à notre interpellation.
  • Prions pour le Service parlementaire du CNEF et ses contacts avec les Députés pour qu’ils soient sensibilisés.
  • Prions pour la dynamique commune du CNEF et de la FPF dans leur représentation des intérêts de l’ensemble du protestantisme au plus haut sommet de l’Etat.
  • Prions pour des occasions de témoigner positivement de notre identité de chrétien protestant évangélique dans un contexte ou tant de caricatures et de fausses représentations circulent. Que nous trouvions un nouveau souffle d’inventivité pour renouveler notre contribution en tant que citoyens responsables. 
  • Prions que l’Etat cherche des moyens plus appropriés pour lutter contre l’extrêmisme et le terrorisme qui ont tant marqué notre pays ces dernières années.
  • Prions pour la communauté juive, utilisatrice comme nous de la loi 1905, et également très inquiète de ces propositions. Prions également pour les différentes familles musulmanes en France et pour qu’un esprit de réforme interne se mette en place et qu’ils s’accordent autour d’une instance de dialogue et de régulation qui les place en écho avec une laïcité ouverte. Notre paix dépend aussi de la leur.
  • Prions, enfin, pour tous les pays où la question de la liberté religieuse est également sous tension : l’Italie, la Grèce, etc…

Read More

Jour 15 /// Opération Esther

Jour 15 /// Opération Esther

Aujourd’hui, nous entrons dans la dernière semaine de l’opération Esther. Avec toute l’équipe de France Prière, Sentinelles 24/7 et du Réseau Nouvelles Connexions, nous vous encourageons à persévérer jusqu’au bout. Et même pour ceux qui le peuvent à intensifier l’offensive de prière. Je finis personnellement en 3 jours jeûne sans nourriture.

Alors que nous prions cette semaine, je voudrais mettre l’accent sur notre foi et notre espérance dans la souveraineté de Dieu.

Dans l’histoire d’Esther, Dieu plante le décor et déploie le scénario de l’histoire qu’il écrit en interaction avec les acteurs. Esther, Mardochée et tous les juifs ont pris position dans le jeûne et la prière. Esther décide de se présenter devant le roi en risquant sa vie. C’est de ce type de disciple dont le Seigneur et notre société ont besoin.

L’exaucement est proche : c’est au tour du Seigneur de rentrer en scène tout en restant incognito (son nom n’est pas cité). D’une part, Esther obtient la faveur du roi Assuérus qui lui tend le sceptre d’or et d’autre part, Dieu intervient la nuit dans le sommeil du roi.

Esther 6:1-2  Cette nuit-là, comme le roi  n’arrivait pas à trouver le sommeil, il se fit apporter le livre des Annales relatant les événements passés et l’on en fit la lecture devant lui. On tomba sur le passage racontant comment Mardochée avait prévenu que Bigtân et Téresh, deux eunuques de l’empereur qui faisaient partie de la garde postée à l’entrée du palais, complotaient de porter la main sur le roi Assuérus.

Plusieurs histoires bibliques nous révèlent l’intervention de Dieu dans la vie de roi en particulier la nuit, dans leurs sommeils et même dans leurs rêves. Nebucadnetsar et Daniel dans Daniel 2 et Pharaon et Joseph dans Genèse 41. Ici il n’y a pas besoin d’interprétation de rêve. Dieu incline le cœur d’Assuérus vers le fait de consulter des annales et les chroniques. Ceci confirme Proverbes 21:1  Le cœur du roi est un courant d’eau dans la main de l’Éternel; Il l’incline partout où il veut.

Cet épisode fait écho à la forte recommandation de Paul dans 1 Timothée 2:1-2 Je recommande en tout premier lieu que l’on adresse à Dieu des demandes, des prières, des supplications et des remerciements pour tous les hommes. Que l’on prie pour les rois et pour tous ceux qui sont au pouvoir, afin que nous puissions mener, à l’abri de toute violence et dans la paix, une vie qui exprime, dans tous ses aspects, notre piété et qui commande le respect.

 Je vous encourage donc à prier pour les nuits les rêves de ceux qui ont le pouvoir à tous les niveaux en France.

  1. Que Dieu leur parle de manière évidente sur leur vie et leurs responsabilités
  2. Qu’il incline leur cœur pour réaliser ce qui est juste et contribue à la paix
  3. Que les plans des mauvais influenceurs soient déjoués 

La loi et les décrets d’ordonnance royales ont été utilisés par Haman, l’ennemi du peuple de Dieu, pour mettre en œuvre son projet de genocide.

Nous devrions davantage accorder de l’importance à ceux qui ont le pouvoir législatif car les lois ont un impact considérable sur nos vies.

La semaine passée a commencé l’examen en commission parlementaire du projet de loi contre le séparatisme.  

Le 1er février, il sera au menu de l’Assemblée nationale durant deux semaines.

Prions que :

  1. ce projet de loi atteigne son objectif lutte contre le l’islam radical
  2. ce projet ne soit pas détourné contre les évangéliques

 Rodrigue Sacramento

Read More

Jour 14 /// Opération Esther

Jour 14 /// Opération Esther

Sous son sceptre, une saison de repentance

« J’ébranlerai toutes les nations ; Les trésors de toutes les nations viendront, Et je remplirai de gloire cette maison, Dit l’Éternel des armées. » (Aggée 2 :7)

Quelle est la gloire dont nous parlons ? Si beaucoup ont tenté de la décrire au cours des siècles, peu en ont fait l’expérience, et ceux qui l’ont côtoyé reconnaîtront que c’est finalement un tout petit bout du voile de révélation qui a été levé. Cependant dans cette saison où Dieu nous convoque dans ses demeures afin d’en découvrir une portion des mystères, elle a un goût de repentance dans cette saison. Il n’y a pas de manifestation de la gloire sans repentance, et si nous ne la cherchons pas comme une perspective absolue, nous la trouverons de toute manière, et nous serons changés de gloire en gloire.

Il y a une dimension de repentance dans cette saison où Dieu rassemble ses enfants sous son bâton de justice pour les ramener dans le lieu de l’alliance. (Ez. 20:37)

Car c’est le temps où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il débute, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de Dieu ? (1Pierre 4:17)

Dans sa vision ouverte, Ezéchiel a vu l’homme vêtu de lin pénétrer le tourbillon de gloire des roues dans les roues, un chérubin a saisi au cœur du feu des charbons ardents pour les remettre à l’homme dans ses propres mains afin qu’ils les répandent sur la ville. Alors la maison fût remplie de la nuée de la gloire de Dieu, le mouvement des anges qui étaient déployés laissait entendre un bruit puissant pareil à la voix de Dieu. Les chérubins avaient l’aspect des quatre faces de Dieu, accompagnés des roues dans les roues, et l’esprit des animaux était à l’intérieur d’elles et la gloire de l’Eternel était sur eux, en haut. (Ez. 10)

C’est tellement puissant quand écrivant ces lignes je peux ressentir une grande crainte de Dieu qui m’envahit. Le feu de sa gloire, c’est un feu de jugement également pour les nations.

« Moi, j’ai créé le forgeron qui attise les braises et en retire une arme façonnée pour l’usage auquel il la destine. Et j’ai aussi créé celui qui va détruire l’arme. Toute arme fabriquée pour te faire du mal n’atteindra pas son but, et tu pourras confondre tous tes accusateurs en jugement, car tel est l’apanage des serviteurs de l’Eternel et c’est ainsi que je leur fais justice, l’Eternel le déclare. » (Esaïe 54:16-17)

Dieu a créé l’ange destructeur afin d’exécuter ses commandements et ses décrets divins et nous devons comprendre ses jugements sur les nations. Nous voyons de quelle manière tout ce qui est caché vient à la lumière et tout ce qui est perverti dans le compromis est jugé. C’est le temps où les rois-sacrificateurs se tiennent plus que jamais dans la présence même de Dieu, car son épouse est convoquée dans les appartements du Roi.

Esther aurait pu été choisie pour un temps comme celui que nous traversons, plein d’incertitude, de mensonges, de mois iniques qui contraignent tout un peuple. Mais elle touchée le sceptre du Roi, elle a reçu une position de gouvernement apostolique et prophétique, elle a payé le prix de la consécration, de la préparation dans des bains odorants.

Si nous voulons voir la gloire des cieux se manifester dans la maison afin qu’elle devienne plus grande encore que la première, nous allons devoir nous engager, travers le voir le déchiré dans la repentance en passant sous le sceptre, car finalement le désir du cœur du Père est de rassembler son épouse au lieu de son alliance.

 

Prière

Église prépare-toi, tiens-toi à la brèche, les temps sont sérieux. Les nations sont dans l’attente que l’iniquité et les droits légaux de l’accusateur soient levés et que la gloire du Dieu Tout-Puissant se manifeste sur la surface de la terre. Nous venons te rencontrer Jésus à un autre niveau, dans ta présence, sur la mer de cristal devant Ton trône de gloire.

Eric Pechin

Read More

Jour 12 /// Opération Esther

Jour 12 /// Opération Esther

Le chemin de la sanctification au sceptre royale

La repentance n’est pas une option pour ceux qui ont ce désir de se déployer dans les demeures de Dieu. Car ce que j’en comprends à ce jour, c’est devenu pour moi un style de vie, et ça faire partie à part entière de la vie d’un sacrificateur. En tendant à vivre au-delà du voile nous vivons encore en partie sur terre, et nous demeurons pécheurs. C’est devant le voile que l’esprit de repentance doit nous saisir, alors nous serons prêts à nous présenter pour effectuer la « traversée de la mort ». Car c’est bien dans une transition de la mort à la vie que nous passons lorsque nous nous montons au travers de la chair et du sang de l’Agneau. Il faut mourir encore pour mieux vivre !

Un travail accru pour retirer l’iniquité relève de la repentance. Lorsque nous nous repentons, nous brisons des droits légaux que l’accusateur à dans nos vies. Quant à la racine de ces péchés ils peuvent être personnels, mais également transmis par les aïeux de notre lignée de sang. La repentance lève l’iniquité elle est le fondement de la révélation de la gloire des cieux.

Alors dans tout le pays, – Oracle de l’Éternel –, Les deux tiers seront retranchés, périront, Et l’autre tiers y restera. Je mettrai ce tiers dans le feu : Et je le ferai fondre Comme on fait fondre l’argent, Je l’éprouverai comme on éprouve l’or. Il invoquera mon nom, Et je l’exaucerai ; Je dirai : C’est lui qui est mon peuple ! Et il dira : L’Éternel est mon Dieu ! (Za. 13 :9)

C’est assez explicite dans ce texte, on ne transige plus avec le péché, tout doit brûler et partir en fumée, seule l’or va demeurer. Ceux qui partageront une part de leur existence avec des compromis seront voués au jugement de Dieu. Dans ce que nous traversons dans cette saison, si nous persistons dans des travers, nous risquons de rencontrer Dieu en qualité de juge et sa sentence tombera, non seulement sur nos vies mais sur notre nation aussi. Nous devons comprendre notre responsabilité dans l’urgence des temps que nous vivons à régler nos vies et nos lignées. C’est un processus, ça peut prendre un peu de temps mais il faut s’y engager.

Et puis ça doit nous réjouis de nous repentir, car ce processus va briser des liens légaux et fermer des portes où l’ennemi à un droit d’accès. Et puis notre esprit s’ouvrir, les sept Esprits de Dieu brilleront sur l’autel de nos vies et nous verront dans l’esprit du Dieu vivant ce que nous n’avons jamais vu auparavant. Plus je le connais, plus je me repens, c’est devenu un style de vie. Puis il a promis que SI nous entrons dans ce processus de repentance, notre nation pourra être changée en un jour. (Za. 3)

Un lieu de repos

Le ciel est mon trône Et la terre mon marchepied. Quelle maison pourriez-vous me bâtir, Et quel lieu serait celui de mon repos ?  (Es. 66 :1)

Dieu est à la recherche d’une maison dans laquelle il pourra habiter et il est à la recherche de ceux qui ont des cœurs humbles et contrits. C’est là qu’il va habiter. Nous désirons que Dieu fasse de nos vies son habitation, nous voulons faire partie de la nouvelle Jérusalem, de l’épouse qui se prépare, mais à ce jour nous ne sommes pas encore à cette étape. Nous devons nous engager dans une aventure et dans une exploration pour devenir l’épouse, le lieu de repos de Dieu.

Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, prête comme une épouse qui s’est parée pour son époux. J’entendis du trône une forte voix qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. (Ap. 21 :2-3)

Car ainsi parle le Très-Haut Dont la demeure est éternelle et dont le nom est saint : Je demeure dans les lieux élevés et dans la sainteté, mais aussi avec l’opprimé et celui qui est humilié dans son esprit, afin de ranimer les esprits humiliés, afin de ranimer les cœurs opprimés. Je ne veux pas contester à toujours, ni garder une éternelle indignation, quand devant moi tombent en défaillance les esprits, les êtres que j’ai faits.(Es. 57 :15-16)

Nous devons entrer dans un processus qui exige de se repentir et nous mettre en accord avec ce que Dieu dit que nous devrions être.

Ne vous conformez pas au monde présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, agréable et parfait. (Ro. 12 :3)

Ce que Dieu recherche c’est une offrande brûlée. Ce que Dieu va consumer ce n’est pas nos chants d’adoration que nous considérons comme le meilleur sacrifice. Ce que Dieu veut consumer ce sont mon esprit, mon âme et mon corps. Il veut consumer et faire disparaître tout ce qui ne lui ressemble pas.

C’est la raison pour laquelle nous devons nous repentir pour chaque péché que nous avons commis dans ces trois dimensions, esprit, âme et corps et nous mettre en accord avec Dieu à quoi nous devrions ressembler.

Mais il y a plus encore. Nous devons traiter les péchés que nous avons hérité de nos ancêtres, des alliances, des pactes et des esprits qui sont liés. 

Mais cette sorte (de démon) ne sort que par la prière et par le jeûne. (Ma. 17 :21)

Il existe un niveau de repentance qui va au-delà de ce que nous avons fait. Nous avons été achetés par son sang et nous ne nous appartenons pas. Nous avons la responsabilité de nous livrer entièrement à lui au travers du voile déchiré et briser les accords, les alliances que nous avons héritées.

Nous avons la responsabilité de traité ce qui se trouve dans notre lignée.

Nous devons choisir de déposer notre héritage perverti, briser les alliances, les rituels faits à de faux dieux. Nous devons reconnaître que nous avons péché et que nous avons souillé la terre, et notre avenir et notre descendance en dépendent.

Nous devons nous repentir, reconnaitre ces péchés et plaider coupable pour l’iniquité.

Il a pénétré une fois pour toutes dans le sanctuaire ; il y a offert, non le sang de boucs ou de veaux, mais son propre sang. Il nous a ainsi acquis un salut éternel. En effet, le sang des boucs et des taureaux et les cendres d’une vache que l’on répand sur des personnes rituellement impures leur rendent la pureté extérieure. Mais le Christ s’est offert lui-même à Dieu, sous la conduite de l’Esprit éternel, comme une victime sans défaut. À combien plus forte raison, par conséquent, son sang purifiera-t-il notre conscience des œuvres qui mènent à la mort afin que nous servions le Dieu vivant. (Hé. 9 :12-14)

Le processus de nettoyage de notre lignée peut être long et va exiger de la patience et de la persévérance. Nous devons prendre chaque chose, chaque situation, chaques alliances et pactes très au sérieux afin de permettre à Dieu de le placer sous ses pieds. C’est l’œuvre que Jésus a fait à la croix mais nous travailler ardemment à notre salut avec la crainte de Dieu.

Tous ont péché, en effet, et sont privés de la glorieuse présence de Dieu. (Ro. 3 :23)

Depuis Adam des alliances ont été contractées avec la puissance des ténèbres au travers de meurtres, de vol, de viole, des sacrifices fait à des autels étrangers. Nous avons hérité des conséquences de ces péchés comme iniquité. Nous devons traiter ces péchés de nos lignées et les amener à la croix et choisir volontairement de nous repentir afin de pouvoir apporter devant les cours de justice notre témoignage déclarant que nous voulons divorcer d’avec toute forme de péché de notre lignée. Nous devons renoncer à tous avantages et a tous les héritages que nous avons reçus par le biais d’accords avec les puissances démoniaques.

Mais vous, vous êtes une race élue, une communauté de rois-prêtres, une nation sainte, un peuple que Dieu a libéré pour que vous célébriez bien haut les œuvres merveilleuses de celui qui vous a appelés à passer des ténèbres à son admirable lumière. (1 Pi. 2 :9)

Ce verset rejoint la dimension de la sainteté de la maison des Lévites, qui était une des douze tribus choisies par Dieu pour le servir. C’était la tribu choisie pour servir sa présence, mise à part pour le Seigneur. Aujourd’hui s’il nous a choisi un royaume de prêtre, cela signifie que nous avons un héritage sacerdotal.

C’est pourquoi dans cette saison, le Seigneur nous appelle à redevenir ce royaume de sacrificateur en marchant dans notre héritage sacerdotal. C’est un héritage avec un contrat avec des alliances, dont nous avons l’intendance écrites au travers du sang de l’Agneau qui revendique notre appartenance dans ce service.

Notre part est de nous repentir de notre héritage spirituel, celui qui perverti notre lignée et de nous abandonner les écrits pervertis, les accords, les pactes et les alliances démoniaques, ces ordonnances qui parlent contre nous. Lorsque Jésus s’est offert ces papiers ont été cloués à la croix.

Car il a annulé l’acte qui établissait nos manquements à l’égard des commandements. Oui, il l’a effacé, le clouant sur la croix. (Co. 2 :14)

Nous reconnaissons que tout a été réglé et nous passons au travers de la procédure légale, nous y participons, nous nous approprions, nous l’exécutons selon la parole écrite et le jugement de Dieu.

Prière :

Je m’approche de toi Grand Juge dans la repentance, je te dépose les dossiers de ma vie, de ma famille. Révèle-moi ce qui doit encore être réglé et que je ne connais pas. Je choisis de me détourner de tous les autels étrangers qui ont un droit légal dans ma vie. Je choisis de me positionner avec ta volonté pour ma vie, je choisis de m’aligner avec ce que tu as écrit dans mon livre de destinée. Je choisis de me placer sur l’autel du sacrifice et que le feu de ta sainteté embrase toutes les parties de ma vie. Que mon ADN soit transformé par la puissance de ton sang, que ton ADN céleste transforme toutes cellules de mon corps. Je déclare que ton sang parle plus fort que tous les autres sangs. J’applique le sang de l’Agneau sur ma vie, mon couple, ma famille, sur mes biens et tout ce que tu as confié dans mes mains. Merci parce que tu es le Grand Juge et tes jugements sont justes et parfaits, merci parce que tu es le Dieu grâce pour ma vie. À toi seul soit la gloire. Amen

Eric Pechin

 

 

 

 

 

Read More

Jour 11 /// Opération Esther

Jour 11 /// Opération Esther

Le sceptre royal, la clé de la maison de David

« Je poserai la clé de la maison de David sur son épaule, il ouvrira et personne ne fermera, il fermera et personne n’ouvrira. » (Es. 22:22 Texte massorétique)

« Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui tient la clé de David, celui qui ouvre et nul ne peut fermer, qui ferme, et nul ne peut ouvrir. » (Ap. 3:7 )

Cette même clé, une prophétie qui trouvera son accomplissement dans le livre de l’Apocalypse 3:7 : Celui qui a la clé de David qui permet d’ouvrir les portes du royaume des cieux. Elle est portée sur notre épaule, c’est une notion d’autorité royale, comme une épaulette (Au Moyen Âge, l’épaulière en fer de l’armure protégeait l’épaule et une partie du torse.) sur le manteau d’un militaire, une plaque de renfort pour la protection de l’épaule des coups de l’ennemi, un ornement royal qui indique le grade de celui qui le porte. C’est une figure qui fait allusion à une des principales fonctions de Jésus, et à la puissance qu’il a reçue de son Père.

Dans le temps de l’antiquité les clés en usage étaient de fer recourbé qui ressemblait à une faux arrondie ; on les introduisait par une ouverture dans les portes, et à leur aide on levait le verrou, ou on tirait le pêne qui fermait la porte en dedans. Elles imitent les rossignols (instrument pour crocheter les serrures) qu’emploient les voleurs ou les serruriers ou bien encore qui ouvrent les portes des cellules dans beaucoup de couvents ; on les fixait à des manches en ivoire ou en bois ce qui leur donnait une certaine longueur. […] Il est facile de comprendre qu’on pouvait porter sur l’épaule ces sortes de clés qui avaient quelque chose de la faux de nos moissonneurs… Il nous est plus facile de comprendre la signification de la clé sur l’épaule, qui était plus qu’une image, mais une réalité du quotidien de l’époque.

Et sortira un rameau du tronc de Jessé (ou IsaÏ, le Père de David) et un rejeton de ses racines portera du fruit. Et reposera sur lui le souffle de YHWH souffle de sagesse et intelligence souffle de conseil et vaillance souffle de connaissance et de crainte de YHWH.

 

Esaïe 11:1-5 BHS Bible interlinéaire hébreu-français – Le texte est volontairement gardé dans son écriture originale : « Et sa respiration dans la crainte de YHWH et ne pas selon la vision de ses yeux il jugera et ne pas selon l’écoute de ses oreilles il décidera. Et il jugera avec justice les faibles et il décidera avec droiture pour les humbles du pays et il frappera le pays avec le sceptre de sa bouche et avec le souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant. Et sera la justice la ceinture de ses reins et l’honnêteté la ceinture de ses hanches. »

Ces versets sont une véritable source de trésors et une fabuleuse perspective prophétique. On pourrait le traduire librement ainsi :

De la lignée d’Isaï, donc de la maison de David, sortira un homme qui portera du fruit, et sur son épaule reposera la souveraineté, le souffle du Père sera sur lui et les sept Esprits de Dieu se manifesteront au travers de sa bouche comme un sceptre de justice royale. Dans sa respiration, il inspirera les parfums des saints qui montent dans les coupes des anciens et de son expiration jaillira la gloire de son Père sur les territoires de la terre. La justice et la vérité seront chevillées à son existence pour l’éternité.

C’est extrêmement puissant quand nous réalisons qui nous sommes en lui, des fils dans une position de rois et il a déclaré que nous accomplirions de plus grandes choses encore : Une génération choisie et alignée au rang de l’ordre de Melkisédek.

Le livre d’Esaïe nous indique que non seulement les sept Esprits reposent sur la maison de David, mais que c’est une clé qui est déposée sur l’épaule de cette lignée royale, qui trouvera son accomplissement en Apocalypse 3:7.

Ce verset nous précise que c’est bien Jésus qui en détient la propriété, il est question d’une notion d’autorité, qui permet d’ouvrir des portes. Les sept Esprits sont ensemble un sceptre d’autorité royale déposé sur Jésus. Cette même clé nous est donnée pour ouvrir et fermer des portes et nous devons comprendre que nous ne pouvons en dissocier la dimension des sept Esprits de Dieu. Le rameau provenant d’une longue lignée, nous rappelle l’arbre d’Apocalypse 22 qui porte du fruit à chaque saison.

Les sept Esprits de Dieu se manifestent dans la complétude confirmant la signification du chiffre sept : la perfection, la plénitude. Le septième jour était le jour du plein achèvement de l’œuvre créatrice du Père. Cet aspect multidimensionnel apporte un achèvement à la plénitude de l’Esprit de Dieu en ajoutant les six autres. Nous avons besoin que ces sept dimensions manifestées de l’Esprit de Dieu soient restaurées ensemble dans les profondeurs de notre matrice, le temple que nous sommes. Nous comprenons alors que le Saint-Esprit se manifeste dans une dimension septiforme. Tout comme Dieu qui est UN se manifeste dans la dimension de la trinité : Père, Fils, Saint-Esprit. On ne parle pas de polythéisme, notre Dieu est UN avec son fils, et l’Esprit et sa dimension septiforme.

Cette dimension royale a été touchée par Esther quand elle a rencontré le sceptre, cela a été premièrement une expérience, puis c’est devenu pour elle une réalité de vie au quotidien. Je crois que notre Dieu se révèle aujourd’hui dans toute sa multidimensionnalité, il veut nous rencontrer dans ses faces, il désire que nous le connaissions au-delà de notre compréhension. Disposer nos cœurs à cette rencontre nous permettra de recevoir la révélation de l’homme nouveau, de l’Ancien des jours, du Grand Juge et de ses décrets, de la dimension du sacerdoce royale selon l’ordre de melkisédek… et bien d’autres choses que nous ignorons encore.

Discerner qui IL EST dans cette saison, nous conduira à de grandes révélations de ce que nous avions cru acquis. Nous avons essayé de décrire Dieu avec notre intelligence et finalement nous en avons limité plus que son sens le plus profond, mais toute la puissance qui devait en découler. Nous avons Dieu, le Père, qui nous a donné Jésus-Christ qui est devenu chair pour habiter en nous avec ses Sept Esprits.

 

L’apôtre Jean décrit la relation du Saint-Esprit avec le Père, une expérience avec le Saint-Esprit qui se saisit de la bouche de Dieu. C’est l’Esprit qui fait de Jésus et de son Père une réalité, car nous ne sommes pas sauvés en croyant en un homme qui fait l’histoire, vivant sur la terre.

C’est le Saint-Esprit qui illumine nos vies en transcendant la parole de Dieu vivante et puissante. Il apporte la conviction, la révélation et la compréhension pour discerner et reconnaître les sept Esprits de Dieu.

Nous comprenons qu’il s’agit de la base de ce que nous devons savoir : Jésus qui ouvre pour nous la voie nous offrant un accès auprès de son Père. Mais il nous faut nous remémorer ces étapes afin de regarder plus loin au sujet des sept Esprits de Dieu. Tout comme Dieu est UN avec trois aspects distincts, de la même manière le Saint-Esprit est Un avec sept expressions distinctes.

Prière

France, lève-toi dans ton appel, dans ta destinée, ton livre est ouvert dans les cours célestes et les juges écrivent des décrets pour toi dans cette saison. Église de France devient cette épouse éprise d’amour pour le Grand-Roi-Sacrificateur et pénètre sa présence. Je dis : c’est le temps que tu entres dans des voies supérieures, là où Melkisédek a traversé le manteau de son Père, alors une huile fraîche sera déposée sur tes épaules. Tu es appelée à retrouver ton autorité et devenir un phare pour les nations qui apportera un ordre divin.

Eric Pechin

 

 

 

 

 

 

 

 

Read More

Jour 10 /// Opération Esther

Jour 10 /// Opération Esther

Le sceptre de la couronne de France

Aujourd’hui, nous nous attacherons à connaitre l’importance des insignes liés à la couronne de France et la perspective prophétique pour notre temps. C’est une particularité française que cet attachement à deux sceptres pour le roi de France qui remonte à l’époque Carolingienne, Charles le Chauve reçut deux sceptres en 876. Il résulte de la lecture du psaume 23 qui associe houlette et bâton. L’image davidique s’est imposée avec le sceptre de justice et le bâton de berger.

Les insignes royaux de la droiture et de la justice se manifestent au travers des deux sceptres remis au roi lors de son sacre. Le sceptre est la marque de la puissance royale, il fait obligation au roi de mener une vie irréprochable, de défendre le peuple chrétien contre le mal, de l’aider à marcher sur les sentiers de justice. À l’époque il s’agissait du bâton sur lequel on s’appuie pour la marche, du bâton du berger pour guider le troupeau, mais aussi du bâton de messager, de celui qui parle au nom d’une autorité souverainement élevée.

Le roi sacré avait pour mission de transmettre le message de l’ordre divin. D’abord fin et court, il relevait du bâton de Moïse, il devint ensuite beaucoup plus grand pour atteindre six pieds (1,87 m) avec le sceptre de Charles V. Les sceptres visibles sur les sceaux étaient surmontés d’un fleuron ; la fleur de lys s’imposa ensuite. Elle me manquait à cet emplacement de renvoyer à Isaïe : Or, un rameau sortira de la souche de Jessé [ou Isaïe, père de David], un rejeton [en hébreu netser, une pousse, une fleur] poussera de ses racines. (Esaie 11:1 Texte massorétique)

Avec le sceptre, symbole de justice et de vérité, le roi a le mandat de remettre dans le droit chemin ceux qui s’égarent dans son peuple, tendre la main à ceux qui sont tombés, relever les humbles et confondre les orgueilleux.

Les ordines 104 du XIIIe siècle sont les premiers à mentionner une main d’ivoire à son sommet, une main divine, avec trois doigts levés en signe de bénédiction : la clé de David. Le grand sceptre sera finalement seul porté par le roi de France à travers les siècles.

Ta houlette me conduit et ton bâton me protège. (Ps. 23 : 4)

Il est certain qu’au fil des décennies, les insignes royaux ont perdu de leur grandeur et ont été attribués à des divinités, servant l’adoration des autels étrangers. Il n’en reste pas moins que ces insignes que portaient les rois de France trouvaient leur genèse au travers du couronnement du roi David. Selon des prières tardives dans le siècle, cet insigne (sceptre) est relatif au pouvoir royal, à son mode d’exercice et au résultat post mortem pour le roi ayant bien régné, autrement dit l’arrivée au Royaume éternel, et c’est l’une des évocations de la sanction finale dans la cérémonie rémoise.

Le court sceptre était une verge d’une coudée sommée d’une main d’ivoire. Son nom « main de justice » n’apparaît qu’en 1461 pour les obsèques de Charles VII. La prière qui accompagne le don de cette verge de vertu et d’équité est absolument extraordinaire car elle mêle divers versets bibliques relatifs au Christ (Jean 10:9), au trône de Dieu (Ps. 45 : 7 ; Hé.1:8), au peuple captif dans les ténèbres (Lu. 1 :79-80) et au fait que c’est « la clé de David, le sceptre de la maison d’Israël qui ouvre et que personne ne ferme, qui ferme et que personne n’ouvre », ce qui nous renvoie à Isaïe 22:22 avec la clé de la maison de David, qui ouvre, etc., attribut du bon intendant du Seigneur que l’on retrouve dans Apocalypse 3:17 au sujet du Seigneur lui-même et de l’Église de Philadelphie. C’est dire l’incroyable richesse de concept de cette verge qui débouche sur le dernier livre de la Bible et le proche retour du Christ Jésus.

Il est clairement établi que le sceptre nommé « main de justice » est donné au roi faisant référence au sceptre de Melkisédek, un sceptre d’autorité pour légiférer la justice. Il faut préciser que les rois étaient établis selon l’ordre de Melkisédek.

Dès les Carolingiens, on trouve l’évocation du sceptre davidique et la main du sommet est par excellence son explication. En effet, selon Jérôme en ses étymologies des noms bibliques, […] David veut dire mainforte.

Ce fut évident pour le sculpteur du porche de Saint-Bénigne de Dijon au milieu du XIIe siècle, car il nous montra David tenant le court sceptre à la main. Cette verge est bien normalement le sceptre du nouveau David et va comme un gant, si j’ose dire, au roi des Francs, et ainsi à Hugues Capet qui porta cet insigne sur son sceau. Le roi de France fut durant des siècles le seul souverain à porter la clé de David avec sa main, alors que les autres souverains pouvaient entendre la mystérieuse prière sans tenir un tel sceptre. Ironie de l’histoire, Napoléon Ier entendit cette prière dans Notre-Dame de Paris en 1804, mais Charles X l’ignora en 1825, la commission du sacre ayant décidé sa suppression !

La première main de justice, apparue à la fin du XIIIe siècle et détruite à la révolution. Il fallut en refaire une pour le sacre de Napoléon, mais l’orfèvre, s’inspirant d’une gravure malencontreusement inversée, a réalisé une main gauche… Cela ne pouvait que mal se terminer.

Cette dernière verge servi aussi au sacre de Charles X. L’autorité de Dieu est sa main droite qui a déployé les cieux, c’est également à sa droite que son fils Jésus a été placé sur son siège royal, là où nous sommes assis dans notre position dans les lieux célestes.

Or, la destruction du sceptre de justice était un signe qui annonçait la fin de la royauté française, puis la fabrication d’un nouveau sceptre à des allures perverties, placé dans les mains de Napoléon et de Charles X, signerait à jamais la fin d’une époque et de l’onction davidique qui reposait sur la couronne de France.  

Un autre élément majeur a été détruit à la révolution. C’est le 7 octobre 1793, à Reims que la Convention nationale mandate le conventionnel Philippe-Jacques Rühl 112 afin de briser solennellement la fiole de la Sainte Ampoule 113, qui servait à oindre les rois de France selon l’ordre de Melkisédek, renonçant définitivement à l’onction de Dieu sur la France. C’est sur le socle de la statue de Louis XV préalablement déboulonnée, cassée et destinée à être livrée à une fonderie de canons, que cet événement majeur a eu lieu. La destruction de la fiole d’huile d’onction brisée confirmait la fin de la royauté française mais cet acte comme un décret affirmait que la nation rejetait définitivement la bénédiction de Dieu sur le pays. 

Prière

Merci Seigneur pour notre pays de France, une royauté qui a connu tant de bénédiction impartie des cieux. Réveille la mémoire de la terre de France afin qu’elle puisse recevoir à nouveau ton bâton de justice comme tu l’as écrit dans son livre. Que tout ce que tu as décrété pour les nations de la terre soit libéré. Que l’église de la Francophonie puisse toucher ton sceptre et comprendre l’autorité que tu lui confère dans cette saison. Que les décrets que tu as toi-même écris pour la terre descendent, qu’ils se présentent dans la brèche qui crie pour sa guérison. Que la France retrouve dans sa destiné originel, passionnée, amoureuse et guerrière au service du Roi qui règne. Viens Jésus, reprends ta couronne pour régner sur la France. Nous le déclarons la France à son Roi : Jeshua Hamashiah !

 Eric Pechin

Read More

Jour 9 /// Opération Esther

Jour 9 /// Opération Esther

Deux sceptres, une autorité

Hier nous avons partagé concernant les deux sceptres du psaume 23.

Dans l’iconographie pastorale, la houlette tient une place de choix, non seulement parce qu’elle fait partie de l’image emblématique du berger, figure très importante dans la Bible, mais aussi parce qu’elle se retrouve encore dans les représentations de la crosse de l’évêque. Cette crosse rappelle que le mandat d’un évêque est d’abord pastoral. Il doit être un bon berger pour guider l’Église. La houlette prend aussi racine dans une réalité symbolique très lointaine, puisque déjà le Pharaon, le jour de son sacre, recevait une houlette et un fléau. Houlette dont l’image retrouvée dans les écrits et l’iconographie de l’Égypte ancienne correspond à celle du bâton à crochet.

 

Nous devons comprendre la fonction du bâton d’autorité qui est placé dans nos mains et ce que nous sommes censés en faire. Recevoir le sceptre royal nous confère une pleine autorité céleste venant de Dieu dans tout ce qui se présentera dans notre futur. Cela permet au gouvernement céleste de se propager sur la terre au travers d’une impartition personnelle. Quand le psalmiste parle de marcher dans la vallée de l’ombre de la mort, cela signifie que la mort ne peut pas avoir de pouvoir sur nous parce que nous portons une autorité supérieure qui se trouve dans nos mains pour exécuter des décrets de justice céleste contre la mort. Le bâton de berger est capable d’amener tous ceux qui le suivent dans ce domaine de gouvernement hors de la mort.

Le bâton de berger était fabriqué à partir de vignes qui ont été pliées puis séchées. Il avait un crochet très utile pour rattraper une bête égarée dans des endroits confinés ou perdue dans la montagne. Quand notre Berger dans les cieux nous attrape avec son bâton de berger, nous nous retrouvons coincés sous son bâton divin, face-à-faces avec lui. Lorsque nous sommes enrôlés dans ce mandat selon l’ordre de Melkisédek, nous n’avons pas d’autre alternative que de nous retrouver sous son bâton d’autorité notre visage dans ses faces. Dieu a son bâton de justice pour nous et lorsque nous pénétrons dans la dimension de l’ordre de Melkisédek, il nous équipe avec la capacité de légiférer les jugements de l’ordre divin afin de les libérer hors de la dimension céleste sur les territoires de la terre.

Le bâton qu’il a mis entre nos mains nous confère un niveau d’autorité supérieur, parce qu’il nous donne le pouvoir sur la puissance des ténèbres. Si le bâton de berger permet également de faire reculer un serpent pour protéger une brebis, un roi-sacrificateur a le pouvoir d’apporter une lumière créative au cœur des ténèbres et, de ce fait, de faire reculer les plans de l’ennemi. L’autorité est associée au siège du gouvernement du roi qui ne confère pas uniquement l’autorité de guérir les malades et de chasser les démons, mais aussi le pouvoir de déplacer les étoiles et les montagnes.

 Nous pourrions nous l’approprier pour ce temps au cœur de la pandémie et de tout ce qui vient contre l’église : Vraiment, je vous l’assure, si quelqu’un dit à cette pandémie : Soulève-toi de là et jette-toi dans la mer, sans douter dans son cœur, mais en croyant que ce qu’il dit va se réaliser, la chose s’accomplira pour lui. (Marc 11:23)  

Quand nous sommes correctement alignés, esprit, corps et âme, assis à la droite de Jésus dans notre position de roi, c’est cette dimension qui vient avec l’ordre divin de pouvoir tout transformer autour de nous, nous comprenons : que la puissance et l’autorité ne se trouvent pas dans ce monde mais dans le royaume des cieux, dans l’éternité, ce qui nous donne une grande responsabilité.

En tant que roi, nous avons le bâton de justice comme un juge dans un tribunal et nous sommes appelés à rendre des jugements qui peuvent avoir d’importantes conséquences dans la vie des personnes et sur les territoires de la terre. Notre position d’autorité, celle que nous avons encore à découvrir à savoir comment l’utiliser chaque jour, n’est pas étrangère à une vie de repentance. La repentance sera une clé pour accéder à toute cette dimension.

On ne pourra décréter : Soulève-toi de là et jette-toi dans la mer ! Si nous ne nous repentons pas, si nous ne plaidons pas devant l’Ancien des jours, notre condition, notre situation ou celle des nations de la terre. Nous nous retrouvons encore une fois dans une situation où Dieu nous place là où ne savons plus rien, pour nous enseigner le nouveau à venir et à vivre.

Notre position de roi ne sera pas toujours très confortable, quand il faudra libérer certains décrets. Nous devons prendre la mesure de ce que nous déclarons, notre voix royale a un pouvoir créatif comme le disait si bien John H. Osteen : Le miracle n’est pas loin de toi, Il y a un miracle dans ma bouche !

Quand nous changeons une situation, cela affecte beaucoup d’autres choses parce que tout est connecté et multidimensionnel. L’ordre de Melkisédek, à travers la royauté, va apporter la lumière dans toutes les sphères de l’espace dans lequel nous nous déplaçons.

Le bâton de berger du prophète Bob Jones

Le prophète Bob Jones avait ce qu’il appelait son bâton de berger – Shepherd’s Rod – ; il recevait de Dieu une fois par année les directives pour la saison. Notre ami le prophète Kirk Bennett me rapportait une conversation qu’il avait eue avec Bob. Chaque année le Seigneur convoquait Bob Jones dans son conseil dans les lieux célestes pour lui donner les directives de l’année. Lorsqu’il arrivait dans ce lieu, le Seigneur lui demandait : Qui dis-tu que je suis ? Et Bob répondait : Mon Seigneur, mon Roi, l’Éternel des armées, Yaweh… Et le Seigneur à plusieurs reprises lui posait encore cette question, alors Bob Jones s’évertuait à essayer de trouver le mot juste. Jusqu’à ce que le Seigneur lui dise : Appelle-moi Melkisédek ! Bob Jones s’empressait et s’exécutait alors en appelant le Seigneur : Melkisédek. Alors il recevait son bâton de berger et le Seigneur lui communiquait toutes les directives pour l’année.

Eric Pechin

Read More

Jour 8 /// Opération Esther

Jour 8 /// Opération Esther

Un sceptre royal

« L’empereur tendit le sceptre d’or à Esther. Alors elle se releva et se tient debout devant lui. Si l’empereur le veut bien, dit-elle, et si vraiment j’ai obtenu sa faveur, si ma demande lui paraît convenable et s’il trouve plaisir en moi, qu’il veuille bien révoquer par écrit les lettres conçues par Haman, fils d’Hammedata l’Agaguite, et qu’il avait rédigées dans le but de faire périr les Juifs qui vivent dans toutes les provinces de l’empire. » Esther 8:4-5

 Les insignes ont une grande importance, nous reconnaissons un roi à sa couronne, son sceptre et son anneau.

Mais nous, nous sommes une race élue, choisie, une communauté de rois-sacrificateurs, une nation sainte, un peuple que Dieu a libéré pour que nous célébrions bien haut les œuvres merveilleuses de celui qui nous a appelé à passer des ténèbres à son admirable lumière. (1Pi. 2 :9)

Aucun roi ne règne sans ses insignes, sa couronne, son sceptre, son anneau d’alliance. De la même manière aucun sacrificateur ne pourra se présenter au-delà du voile déchiré sans son manteau de fin lin, sans sa couronne, sans son sceptre d’autorité, sans son anneau royal. C’est le texte de Zacharie 3 qui nous offre cette compréhension du rétablissement du service sacerdotale, de la sacrificature selon l’ordre de Melkisedek. Dans cette saison particulière il nous faut regarder à un autre niveau afin de recevoir la révélation de ce tout en un tout indissociable.

Une identité royale intimement liée à service de la présence de Dieu, vécu dans les hauteurs des profondeurs de la présence même de Dieu, sur la mer de cristal, là où la gloire se manifeste au milieu de ceux qui se trouvent devant le trône, au milieu des vingt-quatre anciens, des juges, des anges, de la nuée de témoins…

Comme au temps d’Esther une interrogation, comme un cri d’urgence, se fait entendre du ciel, peuple de France n’est-ce pas pour un temps comme celui-ci que tu as été appelé à la royauté. (Es. 4 :14) Une telle question demande une réponse, et ce que j’entends à cette heure : Viens toucher mon sceptre!

Si je devais traverser la vallée où règnent les ténèbres de la mort, je ne craindrais aucun mal, car tu es auprès de moi : ta houlette me conduit et ton bâton me protège. (Ps. 23 : 4)

Nous constatons que le psaume 23 fait une différence limpide entre deux aspects des bâtons d’autorité, l’un pastoral et l’autre de justice. C’est un aspect non négligeable et une image de ce qui est le fondement du trône de Dieu, la justice et la vérité. Dieu a plusieurs facettes, il est également un Père et l’Ancien des jours, notre Grand Juge qui siège sur son trône d’autorité. Aussi lors de la cérémonie des sacres des rois de France, il était remis deux bâtons au roi de France, un représentant la houlette de David et l’autre la main de justice (Sceptre de Melkisédek) – comme étant la main droite de l’autorité de Dieu, avec laquelle il a déployé les cieux. (Esaïe 48 : 13)

Le bâton utilisé par le berger, pourvu à l’une de ses extrémités d’une plaque métallique, creusée en forme de gouttière, destinée à arracher des mottes de terre ou à ramasser des pierres qu’il jette de manière à faire revenir dans le troupeau les moutons qui s’en écartent.

« Je vous ferai passer sous ma houlette, et je vous ramènerai dans le lieu de mon alliance. J’éliminerai du milieu de vous ceux qui se sont révoltés et qui se sont rendus coupables envers moi. Je les ferai sortir des pays étrangers où ils habitent, mais ils n’entreront pas dans le pays d’Israël, et vous reconnaîtrez que je suis l’Éternel. » (Ez. 20 : 37 -38)

Si nous désirons plus que tout comme un feu dévorant dans nos entrailles, toucher le sceptre de justice du Roi qui règne pour l’éternité, il nous faut nous engager au travers de la voie par excellence. On ne peut se présenter sans se préparer, Esther a vécu un temps de préparation intense avant d’avoir accès à la plus haute autorité. Passer sous le bâton du Roi, signifie se présenter avec humilité et obéissance sous le scanner de celui qui est trois fois saint pour finalement nous conduire dans la repentance.

Cette saison dans laquelle nous opérons nous amène dans la repentance devant le voile déchiré, une invitation à traverser de l’autre côté pour toucher le sang et la chair de Jésus, une rencontre avec l’ADN céleste qui transforme la nôtre. Une invitation à vivre définitivement dans la gloire du Dieu vivant, une vis connectée à son sang et sa présence, un accès à son trône pour toucher son sceptre. Il faudra être déterminé pour vivre la sacrificature royale, pour désirer se tenir dans les faces de l’Agneau, il faudra avoir des entrailles qui crient nuit et jour.

La réponse aujourd’hui face au COVID, aux lois iniques, face aux murs qui s’élèvent, ne se trouve pas sur la surface de la terre, il faudra monter plus haut pour toucher le sceptre de justice de l’Ancien des jours. Ceux qui toucheront ce sceptre d’or, recevront non seulement la faveur, mais des décrets divins seront donnés pour répondre à la terre qui crie après la révélation des fils de Dieu. Des manteaux sont suspendus entre le ciel et la terre, de nouvelles affectations pour les fils et les filles. Une nouvelle génération d’Esther doit se lever, faite d’une génération de fils, de filles sans distinction d’âges, passionnément déterminés, radicalement amoureux pour les choses d’en haut.

Il est primordial de préciser que nous ne montons pas pour des signes, des miracles, des prodigues, des révélations, des expériences, mais nous montons par ce que nous t’aimons. C’est pour l’amour de toi que nous obéissons afin que tu écrives toi-même ce qui doit venir.

Prends ma vie, me voici, je me présente devant tes pieds, prends tout Seigneur. Pour faire au Dieu ta volonté. Amen.

Eric Pechin 

Read More

Jour 7 /// Opération Esther

Jour 7 /// Opération Esther

Le sacerdoce royal auquel nous sommes appelés est beaucoup plus qu’un service. C’est à la fois la préparation et l’accomplissement d’un mariage, préparé depuis les commencements, afin que l’Epoux et l’Epouse règnent ensemble sur la nouvelle création. Au coeur de tout cela, il y a un enjeu qui concerne le coeur de l’Epouse. Abandonnera t-elle tout le reste pour s’abandonner sans réserve à l’Epoux ?

Sujets de prière :
Alors que nous apprenons à exercer notre sacerdoce royal, voici quelques sujets de prière pour cette journée. L’actualité nous invite à nous tenir sur la brèche :

– Le projet de loi confortant le respect des principes de la République (celui qui concerne l’instruction en famille, les conditions des écoles hors contrat et bcp d’autres choses …) sera débattu à l’assemblée nationale cette semaine. Prions pour de la sagesse et le conseil de Dieu pour les députés et pour les dirigeants de notre pays.  

Prions encore pour les US cette semaine, alors que la transition entre les présidents doit se faire. Le pays est vraiment mis à mal, et l’église est très secouée. Nous avons besoin de prier que le Seigneur agisse dans cette situation, et que s’accomplisse sa volonté.

Prions pour le Royaume-Uni. Entre le variant du coronavirus qui se répand et les conséquences du Brexit, c’est vraiment difficile pour eux.

– Beaucoup d’entre vous ont vu cette semaine les alertes concernant les étudiants. Continuons à prier pour eux, spécialement pour ceux qui sont isolés, séparés de leur familles, livrés à eux-mêmes pour leurs études, etc…

– Et puis prions pour un travail du Saint-Esprit dans le coeur de l’Eglise comme je l’ai partagé dans la vidéo. Quelque chose doit se passer en nous et au milieu de nous. Priez pour vous-mêmes, pour vos amis, vos groupes de prière, vos communautés, vos groupes de louange, de jeunes, d’études bibliques ou que sais-je. Priez pour les communautés chrétiennes de votre ville, pour un réveil dans les coeurs, une soif nouvelle et un amour brûlant pour Dieu.

Avec affection,
Elvire Dieny

Read More

Jour 5 /// Opération Esther

Jour 5 /// Opération Esther

Intimité avec Le roi 

Quand Elvire ma demandé de partager quelque chose sur lintimité avec Le roi en ce temps de jeûne Opération Esther”, jai bien évidemment ouvert ma Bible, au livre dEsther. Je ne suis ni un enseignant, ni un littéraire, et le challenge était la ! Je me suis assis et j’ai commencé à écouter …. maintenant je vais tenter de vous partager ma conversation avec LUI …

Jésus, comment parler de tout cela ? De l’intimité avec Le Roi, sans parler de l’intimité de l’époux ? Parler de toi le Roi, sur ton trône, au milieu des tonnerres et des éclairs, au milieu de ces sons que j’aime et qui me font frémir ! Le lieu où je vais si souvent quand trois notes de musique m’ouvrent la porte ….

Comment parler de toi mon époux ? De lintimité, des balades dans le jardin, des moments extatiques où seul ton pur amour me touche. Parler de Toi, de ta beauté, de ton cœur, de tes émotions que tu partages, assis ensemble sur le mur de Jérusalem….

Comment parler des sacrificateurs que tu chéris et des Rois que nous sommes ? Appelant sur terre les choses de ton cœur, de ton royaume et de tes valeurs.

Comment parler de toi Roi souverain qui possède tous pouvoirs, qui guérit et restaure chaque vie individuelle, chaque sphère de la société ? Comment parler de Toi Roi qui prend le temps ? Le temps d’être là, sachant essuyer mes larmes, mais aussi la pour me faire rire ! Parler de Toi, du Père, du Roi qui prépare le mariage pour son Fils, parler de La Fiancée, des préparations etc. Parler du plaisir que tu donnes et que tu as, juste en nous regardant ! Parler du bonheur à la table des noces, aux festins de vins, à la cave céleste…

Parler de toi Jésus, mon ami, comme mon époux roi et juge !

Par où commencer ? Jean 13:1-17… mais cest pas dans le livre dEsther !

Cest le passage où Jésus se met à genoux devant ces 12 jeunes hommes zélés pour le royaume. Ces jeunes hommes qui attendent leur « sauveur révolutionnaire » pour établir le royaume, changer les choses etc. Vous connaissez lhistoire…

Il a lavé leurs pieds … un à un …et voilà le tour de Pierre ! Tellement souvent je pense que je pourrais être Pierre. Jaurais fait la même chose: « Impossible ! Tu ne vas pas me laver les pieds ! Je sais qui tu ES… le Messie ! Le ROI ! C’est pas la manière dont cela doit être ! Tu ne vas pas me servir ! Je vais d’abord laver les pieds de toute ma famille, ma communauté, ma ville, ma nation avant que tu ne le fasses pour moi ! Et puis, d’ailleurs, lave moi tout entier ! »

Pourquoi as-tu fait cela Jésus ? De te rendre vulnérable et me demander de l’être …Quest ce que je ne comprends pas dans cela ?

Et voilà Sa douce réponse :

« Le royaume démarre là, le Roi est là, humble, en bas. La royauté se manifeste là ! Tout commence ici … Le Roi se rencontre ici les rois apprennent  ici …»

Jésus cest le lieu où je dois changer mes paradigmes, ma compréhension de la royauté, apprendre les valeurs, les lois du royaume. Cest le lieu de la rencontre ! Rencontrer le Roi qui sert et qui est serviteur. Le lieu de lobéissance. Cest le lieu où l’intimité existe car elle est vulnérabilité, dialogue, échanges etc. Un Roi qui partage une nouvelle façon de voir, de comprendre. Et qui partage ses émotions ! Un Roi qui  sait que La Croix est là, devant, et qui partage à ces jeunes gens les secrets de ce quil va arriver …

Il en faut de lintimité à Pierre, pour avoir le courage de reprendre Le ROI « ah non, ça, jamais ! » Il en faut de la passion à Pierre en disant « Je donnerais ma Vie pour toi », « Je te suivrai ». Et il en faut de lamour, de la grâce à Jésus regardant ces jeunes hommes, ses amis et répondre : « Tu ne peux pas me suivre », « Tu vas me renier » !

 

Combien le Cœur de Pierre a dû s’écrouler ! Et combien le mien s’écroule …

Tous ceux que ces jeunes hommes désirent, et ont compris du royaume est en train de seffondrer. Ces jeunes hommes vont devoir vivre la séparation avec leur ami Jésus, faire face à leurs incapacités, la petitesse dans leur amour, l’impossibilité de leur fidélité, leur deuil. Ils vont vivre un déversement de lEsprit Saint, géré un réveil, avoir un leadership, être persécutés, mis en prison, être exécutés. Ils vont devoir affronter tant de crises … tant de crises que je connais aussi …

Comment Jésus, comment est-ce possible? Jésus, alors que tu sais que La Croix est devant toi, tu leur dis : « Ne laisse pas ton cœur se troubler » voir Jean 14.

Est-ce seulement possible ? Comment ne pas l’être ? Ce que nous traversons, là où en sont les nations, là où jen suis dans ma vie, comment ne pas être troublé voire même pire parfois ? Et Jésus me dit : continue ….

Me voilà lisant Jean 14,15,16,17 etc. Jésus révélant son cœur, révélant son royaume, le chemin à suivre pour sortir du trouble.

Le Roi prend le temps de partager :

« Crois en moi, crois en Dieu tu vas passer au travers, tu vas y arriver ! Viens et rencontre le Père ! Tu n’es pas de ce monde et je ne suis pas de ce monde. Chaque prière est répondue, tu vas porter du fruit, regarde au but ! Dans ces temps de crises, regarde la finalité, l’éternité, la fin de l’histoire ! Je ne te laisse jamais seul, le Saint Esprit est là, je suis avec toi, encore plus proche car je vis en toi! Nous sommes uns, unis à jamais, je suis aussi proche qu’une conversation, plus intime que qui que ce soit, ton ami. Ton époux, ton Roi. Mes commandements conduisent à l’amour, suis moi …. »

Voilà quelques heures que je parle avec lui, je ne vous en partagerai pas plus de ce quIL avait à me dire sur lintimité avec le ROI, cest déjà assez long ! Mais comment ne pas l’être quand on parle avec Lui ?

Nest-ce pas pour un temps comme cela que nous sommes nés? Afin de changer notre compréhension du royaume? Rencontrer le Roi, oser être des sacrificateurs et des rois, oser aller devant LUI le Roi des Rois pour oser aller avec lui parcourir son royaume et l’établir sur terre d’une nouvelle manière. Faire rentrer un plus grand nombre dans son royaume. Aller plus haut, plus profond, plus large, plus bas, là où le royaume commence !

Si vous voulez continuer encore un peu avec moi, je vais finir en priant. 

Jésus je veux expérimenter qui tu ES, te connaître plus, je ne peux pas survivre sans t’expérimenter. Non pas juste la connaissance mais l’expérience profonde, intérieure, calme, brûlante de Dieu lui-même !

Je ne peux survivre au péché, les crises sont trop grandes et je suis trop faible. Je veux expérimenter ta présence profonde et intime. Je veux demeurer en toi, en ta parole, en ton amour et vivre cette union. Je veux aller avec toi uni, là où tu veux que jaille, je fais allégeance à mon ROI ! Tu es le feu dévorant, baptise moi par ton amour consumant, passionné, zélé, déterminé !

Le but du jardin et de la création c’est être avec toi ! C’est l’ultime réalité du royaume, l’ultime réalité de l’humanité ! Je veux répondre au ton cri que tu pousses maintenant :

« Marie moi ! Je veux que tu sois mien, je veux que tout ce qui est à moi, soit à toi ! Je veux te donner mon Nom, moi le Roi, je veux te donner mon royaume, ma gloire, ma nature, mon Esprit. Je veux que tu sois à moi et je veux être à toi ! Moi le Roi, celui qui parle et fait vibrer toute la nature, moi je te le crie : Marie-moi »

OUI je le veux !

Avirail Coullet 

—————————————————————————————-

Sujets de prières :

Prions pour nos gouvernements respectifs. En face de l’épidémie qui se prolonge, chaque pays prend de nouvelles décisions. Appelons la sagesse de Dieu

– Il y a beaucoup d’annonces de fermetures d’entreprises et de licenciements. Prions pour que le Seigneur intervienne en faveur de tous ceux qui se retrouvent dans des conditions économiques difficiles.

– Prions pour tous les projets d’aide économique et sociale : les services sociaux déjà, les projets dans les mairies, les associations.

Prions pour tous ceux qui œuvrent et réfléchissent dans le domaine de l’économie sociale et solidaire. Prions pour les économistes qui réfléchissent à des modèles économiques qui nous permettent de faire face à la crise

Prions pour toutes les initiatives de partage de ressources et de richesses dans le corps de Christ

Au niveau international, prions encore pour les USA. Ce pays a vraiment besoin de nos prières. Appelons la grâce de Dieu et son règne sur ce pays.

Read More
Aenean Phasellus tempus quis id ut